01 Mai

01 Mai 2018

Je m’appelle “FEMME”. La femme du 01 Mai. Je suis appelée à devenir “MAMAN” car DIEU en a décidé ainsi. Cela commence par les 9 mois de grossesse. Neuf mois, au cours desquels vomissements, malaises et fatigues sont mon quotidien. Neuf mois au cours desquels mon corps se métamorphose, ma poitrine prend du volume; il m’arrive soit de grossir soit de maigrir. Mon épiderme n’est pas non plus épargné, mon teint teint change, il devient sombre, sur mon visage, apparaissent des boutons.

Je suis étrange et étrangère à toute sorte d’odeur, et surtout à certains plats que j’affectionne dans le temps.
Neuf mois au cours desquels j’ai des envies bizarres. Des envies de repas frugal, des envies d’abolo, des envies de placali de chez Dame Adjoua, au quartier, des envies de poulets de chez Abdoul à Cocody. La mauvaise humeur est mon quotidien, je réagis au lieu d’agir. Je suis sur les nerfs.

Ô mon pauvre compagnon tu ne peux que subir mes humeurs et mes caprices! As tu le choix?

Neuf mois au cours desquels mon activité sexuelle est soit intense soit inexistante. Une fois de plus mon pauvre compagnon. Mais a-t-il le choix? Neuf mois au cours desquels le stress est aussi mon quotidien.
Mes doutes quant à mes capacités de bien mener la grossesse, aux préparatifs liés à l’arrivée du bébé tant attendu deviennent plus graves. Neuf mois au cours desquels, je n’ai qu’une seule idée, que les 9 mois arrivent à leur terme afin que je sois libérée. Neuf mois aussi au cours desquels j’ai conscience de porter une vie humaine. Et je prie mon Dieu d’assumer ma responsabilité de protectrice. Et quand vint la délivrance, houlala…… Pour moi, commencent les longues heures d’insomnie. Que dis-je, de veillées forcées.

Commence pour moi une responsabilité et une occupation à vie. Car éduquer un enfant, c’est toute la vie d’une femme. Sa vie reste bouleversée à tout point. Je suis une lève tôt et une couche tard. Et à peine l’œil fermé, que le sommeil se voit entrecoupé.

Chapeau à vous MESDAMES. Femmes vendeuses de vivriers, femmes entrepreneurs sur les réseaux sociaux. Chapeau à toutes ces femmes débrouillardes qui parcourent les pays voisins en cars, en avions pour avoir une indépendance financière.

Ehh oui, être une maman, c’est vivre selon les désirs des enfants. Quand ils dorment, tu es là pour veiller sur leur sommeil. Quand ils jouent tu es là aussi pour veiller sur eux comme un guetteur. Être une maman, c’est passé les intérêts de tous avant ses intérêts personnels. C’est ainsi qu’elle va se priver de beaucoup de plaisir rien que pour être disponible pour ses boud’chou. En réalité, même la nounou de la maison a droit à une petite sieste plus qu’une maman soucieuse du bien être de ses enfants. Ces femmes ,ces mamans, elles sont de tous les corps de métiers.
Un seul salaire ne suffit pas à tenir la famille debout. En tout cas pour des parents soucieux du bien être des enfants, la maman est appelée à travailler. Mais sans toutefois négliger pour ses enfants et son conjoint.

Lire aussi “Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes”.

Elles sont nombreuses à concilier boulot, FEMME au foyer et MAMAN. Chapeau à vous MESDAMES. Oui chapeau à vous toute, femmes vendeuses de vivriers, femmes entrepreneurs sur les réseaux sociaux. Chapeau à toutes ces femmes débrouillardes qui parcourent les pays voisins en cars, en avions pour avoir une indépendance financière.

Chapeau à toutes ces femmes qui ont embrasser des métiers dit d’hommes et qui excellent. Vous faites notre fierté. Chapeau à toutes ces femmes qui font des métiers de l’ombre, vous êtes toutes méritantes.

Pour celles qui sont MAMAN à plein temps, ce n’est pas toujours par choix, mais c’est tout aussi gratifiant de profiter de chacun de ces moments extraordinaires. Tes journées sont faites de rire, de joie, mais aussi de pleure.
Et pour ce jour spécial de FÊTE DU TRAVAIL, il serait intéressant que vous les hommes vous fassiez sortir vos femmes de la cuisine. Que ce jour là soit une fête des mères bis.

Déchargez-les un peu de leur fardeau. Fardeau qu’elles-mêmes acceptent avec joie, ou souvent par obligation mais fardeau quand même.
En ce jour 01 Mai, occupez vous des enfants. Chargez vous de changer les couches, de mettre bébé au dos quand il le faut. Restez avec eux, et laissez la bonne dame sortir, prendre de l’air, se faire plaisir, se bichonner un peu, aller papoter avec ses copines vu il y’a des lustres qu’elle s’en est privée. Oui, ce jour 01 Mai, c’est son jour.
Parce que travailleuse, elle l’est.

Lire aussi “Des résolutions tu as dit”.

Un travail sans “salaire” mais un travail honorant, un travail gratifiant, un travail à vie, un travail passionnant mais éreintant. Un travail qui vient du cœur mais qui parfois est lassant. Un travail éprouvant mais nécessaire pour des enfants bien éduqués et prêts à servir le pays. Oui être MAMAN n’est pas seulement de porter les enfants mais cela implique énormément de responsabilité, de privation, de sacrifice. Respect à toi Femme-mère.

Et quand ils te donneront des justificatifs sans tête ni queue, affiche ce sourire que tu sais bien faire, lève la tête et marche fièrement vers ta cuisine en allant rejoindre tes marmites, tes fourneaux, là où tu concocteras des plats chauds, des plats faits de tes douces mains.

C’est ton jour, plus que tous ces travailleurs aux gros ventres derrière leur clavier, assis gaillardement dans le fauteuil, dans une salle climatisée. Oui c’est ton jour plus que la plupart de ces travailleurs hommes qui se disent fatigués au point d’oublier que toi Femme-mère tu l’es aussi, sinon plus. Mais tu n’as que pour arme ton sourire, ta bonne humeur, ta patience, ta dévotion, pour la bonne tenue de ton foyer. Oui toi Femme-mère, dis leur que quand ils entrent à la maison, jettent le sac je ne sais où, se vautrent dans le divan, écrasent les poufs du poids de leurs épaules, télécommande en main, t’empêchant de suivre la seule chaîne qui te distrait sous le fallacieux prétexte que tu as eu toute la journée pour regarder ton “Novelas” (big lol) comme si tu passes tes journées à te tourner les pouces. Oui femme dis leur que ce jour est plus ton jour que le leur.

Voir aussi “Femme, Femme, Femme”.

Et quand ils te donneront des justificatifs sans tête ni queue, affiche ce sourire que tu sais bien faire, lève la tête et marche fièrement vers ta cuisine en allant rejoindre tes marmites, tes fourneaux, là où tu concocteras des plats chauds, des plats faits de tes douces mains.
Des plats faits avec amour, souvent avec des larmes aux yeux, souvent avec le cœur rempli de peine mais le plus souvent avec un large sourire et une joie indescriptible d’être femme, d’avoir été choisie pour être mère, pour porter la vie, pour donner la vie, pour entretenir la vie, et pour voir cette vie voler de ses propres ailes.
BONNE FÊTE DU TRAVAIL A TOI, joyeux 01 Mai FEMME-MÈRE.