Pour une femme, beaucoup de raisons font qu’elle en vient à perdre confiance en elle.

Au cours de son existence, la femme change de statut. D’abord de petite fille innocente, il faut faire face aux regards obscènes des hommes pendant sa phase de transformation d’adolescente à adulte. Quand elle ne fait pas objet d’admiration pour son physique ou même pour sa corpulence, elle est soit objet de moquerie, soit objet d’ harcèlements avec des mots péjoratifs. Cela l’amène à se renfermer sur elle. Elle doute de tout et surtout n’a aucune confiance en elle.

Lorsqu’elle rencontre un homme qui ne sait pas l’apprécier à sa juste valeur, qui a la critique facile, qui ne met aucune forme pour faire passer son message, elle en vient à douter d’elle. Elle voudra faire plaisir à son homme qui n’a pas su la valoriser, la prendre avec ses qualités et défauts. Elle voudra être celle que son homme préfère au lieu d’être celle qu’elle est réellement. Pour ce fait, elle se dénature de jour en jour jusqu’à en perdre son empreinte, ce qui faisait son essence-même. Un complexe s’installe en elle à jamais. Et bonjour au manque de confiance.

Le foyer

Lorsqu’elle rentre en maternité, avec l’arrivée des enfants, avec les travaux ménagers, elle s’oublie le plus souvent, oublie de se faire plaisir, oublie de se poser et prendre un petit repos, oublie de vivre pour elle. Tout est pour les enfants, pour le foyer, pour son conjoint.

Tout est : comment faire plaisir aux membres de ma famille ? Est-ce que rien ne manque aux enfants, à mon conjoint ? Les enfants sont-ils heureux en bonne santé ? Monsieur a-t-il bien aimé le repas ? Les visiteurs ont-ils été bien reçus ? La maison est-elle bien rangée? Mes beaux-parents sont-ils contents de moi ? Le voisinage a-t-il une bonne impression de moi ? Suis-je comme le veut la société ? Ma religion ?

Autant de préoccupations, d’attentions pour les autres. Mais et elle dans tout ça ? Cette attention, ce temps qu’elle accorde aux autres, cette façon de veiller sur les autres, en retour, en reçoit-elle la moitié ? Le quart ? Qui se préoccupe d’elle ? Qui prend soin de son cœur ? Qui se souvient de son diplôme obtenu il y a des années de cela et qui traîne au fond de son placard ? Qui sait ce dont elle rêve ? Qui sait ce qu’elle ambitionne ? Qui sait la grande solitude qu’elle ressent tout au fond, une fois les enfants partis pour l’école, une fois son mari parti pour le travail ?

A lire aussi “Donnez moi un titre”.

Car en réalité, elle a dû s’accommoder à cette vie. Eh oui, elle a dû faire avec, car dans son cœur de maman, les enfants passent avant tout. Pour l’amour de sa famille, en tant que maman soucieuse du bien-être de ses enfants, elle se devait de tout faire, je dis bien tout, afin de donner le cadre de vie familiale appropriée pour l’éducation et l’épanouissement de ses bébés. Et cette maman-là était avant, une femme attirante, belle, désirable, raffinée.

Elle prenait soin de son physique comme elle prend soin de ses enfants aujourd’hui pour dire à quel point elle s’aimait. Elle pouvait passer des heures chez le coiffeur et rentrait à la maison toute souriante et toute gracieuse. Il est clair qu’elle n’a pas de regret, mais aujourd’hui, elle manque de confiance en elle. C’est à peine si elle arrive à se lâcher en public et pourtant ce monde-là, elle le connaissait bien. Elle aimait bien les longs échanges interminables sur l’actualité. Hé oui, c’était une femme très cultivée.

L’apport de son homme

Toi, son homme, veux-tu lui redonner le sourire ? Complimente-là. Fais-la sortir. Fais-la voir du monde. Quitte ton écran télé et viens lui tenir compagnie dans la cuisine et papote avec elle. Montre-lui qu’elle est le maillon essentiel de cette famille. Remercie-la pour toutes ces années de présence et d’amour. Fais-la sortir un peu de sa cuisine car à force d’y demeurer tout le temps, elle-même a fini par se confondre aux torchons et aux serviettes. Sois attentionné, c’est juste de cela dont elle a besoin.

La thérapie par le shopping

shopping-concept-close-up-portrait-jeune-belle-attrayante-femme-africaine-souriante-et-joyeuse-avec-sac-a-provisions-colore-fond-en-pastel-pastel-jaune-espace-de-copie_1258-951

Et toi-même femme. Du shopping, ça te dit ? Sais-tu comment j’ai réussi à retrouver ma confiance en moi ? He benh. J’ai joué à la folle. Je n’ai cessé de me répéter « aujourd’hui, je vais au marché faire des achats pour mon plaisir, point ! »

C’est ainsi que je suis d’abord allée me faire une pédicure, hum cela faisait des lustres que je n’en avais pas fait. Du moins, pas dans sa totalité. Dans mon quartier, par manque de temps, je me contentais du petit salon de coiffure qui ne me donnait pas toujours satisfaction.

Ensuite, je me suis mise un tissage, sincèrement, qui m’a transformée car j’avoue ne l’avoir jamais osé ainsi avec les couleurs. J’ai fait un petit arrêt chez mon ancien vendeur de dessous féminins. Crois-moi que je me suis ruinée là-bas mais je ne regrette rien. En quittant le marché, je suis tombée sur mon ancien vendeur de chaussures houlala mon sourire était large.

A lire du même auteur “Là d’où je viens”

Je suis allée retirer un peu d’argent sur mon compte et j’ai pris une de ces pairs à hauts talons. Seigneur, je me sentais déjà bien. Et le soir venu, je me suis mise un ensemble soutien-gorge slip, mon Dieu, crois-moi ou non, mais je me sentais sereine. Je me sentais belle. Je me sentais séduisante. Je me sentais gracieuse. Je me sentais attirante. Ma poitrine rebondissait, ce dessous en dentelle, ce slip blanc sur ma peau me donnaient un air de conquérante.

Fais-en de même et tu verras. J’ai conscience qu’il en faut plus pour retrouver sa confiance, mais c’est déjà un début, que dis-je, un grand pas.

Par expérience, rien n’arrête, rien n’intimide une femme bien dans sa peau, rien de rien ne freine une femme qui se sent belle de l’intérieur comme de l’extérieur, car elle marche avec un pas d’assurance.