#entrepreneurlife

ENTREPRENDRE A 0F?

#entrepreneurlife Il y a 5 ans, j’ai perdu mon magasin et j’ai dû déménager en catastrophe du fait de l’arrivée de ma seconde fille Waxallah. Femme au foyer avec 2 filles, j’étais sans ressources et donc impécunieuse. Quelle galère !
De nature active, je ne pouvais me complaire dans cette situation d’indigence. Je n’avais pas le moindre sou et il me fallait très rapidement inverser la tendance.

Désillusionnée par mon oncle

Dans ce genre de situation, on se dit qu’il faut demander de l’aide. J’ai donc passé des coups de fil à un certain nombre d’amis et connaissances pour solliciter un prêt qui me permettrait d’entreprendre une petite activité. Résultat, RIEN. Pire, je m’en suis ouverte à mon oncle avec beaucoup d’espoir. En retour, lui m’a plutôt exposé ses nombreuses charges et factures. Sur le champs j’ai ri de tristesse parce qu’en fait je n’avais besoin que de 200.000 francs CFA dans ses millions, car il a des millions. J’étais dévastée et j’ai compris que je ne pouvais compter sur personne, de toute façon il n’avait aucune obligation à mon égard. J’étais certes triste mais nullement blessée ou abattue. Au contraire, ces différents échecs ont renforcé mon abnégation et ma détermination me battre pour aller de l’avant. #entrepreneurlife Lire aussi ” Il s’agit d’épanouissement

Dans l’attente d’un jour meilleur, je passais le plus clair de mon temps à m’adonner à ma passion : l’écriture. J’ai donc énormément écrit pour tuer le temps mais aussi pour beaucoup cogiter. J’ai également adhéré à des groupes thématiques sur Facebook pour me constituer un petit réseau d’amis.

Tenir compte du cadre et des réalités du terrain

Dans mes réflexions, l’idée de la vente d’œufs a germé. Sauf que plus j’y réfléchissais plus je réalisais que ce n’était pas le même cadre. Je vous ai indiqué au début que j’avais déménagé en catastrophe. Donc, étant nouvelle dans une autre commune qui ne m’était pas familière et face à mes responsabilités de femme au foyer, il m’était quasiment impossible d’avoir du temps pour sortir et faire une étude de marché. Dès lors cette idée a été vite abandonnée.

Mon pitch a su convaincre

Dans la foulée, j’apprends un jour, par le biais de ma mère, qu’une sœur commercialise des oreillers de marque allemande, des détergents, des produits de qualité, des draps et autres. Je me suis dite, voilà une aubaine. Et là je lui demande de me mettre en contact avec cette dernière. Je ne tenais plus parce que c’était maintenant ou jamais. Et rapidement, j’ai commencé à réfléchir à ce que j’allais faire exactement puisque je n’avais pas un sou. Mais, j’ai compté sur mon flair et le pitch qui allaient me permettre de recevoir ces marchandises sans bourse délier. Et coup de chance, ça a marché. Elle était prête à me donner une bonne quantité à écouler et payer après.

L’importance du réseau 

Même là encore, c’était pas gagné. Comme j’étais dans un groupe Facebook et que j’avais beaucoup sympathisé avec un frère qui avait une fourgonnette, je lui ai alors expliqué que j’avais des matelas et des bouteilles de javel et détergents à récupérer à Treichville pour la Riviera. Il m’a donc rendu ce service et nous sommes allés récupérer une centaine d’oreillers. Ces oreillers restés dans un container ont pris un coup du fait de l’humidité.

Ne pas toujours se fier aux charlatans sur les réseaux sociaux

Concours de circonstances, j’avais une amie qui avait un pressing géré par son époux. Je rentre en contact avec elle et ensemble on décide du prix. Je paye une bonne avance. Malheureusement, l’époux va me faire traîner sur près d’un mois. C’est là que j’en parle à une amie qui me confie à son cousin.

À partir de ce moment, je me mets à faire des publications sur une page créée à cet effet.

Après toutes ces péripéties, en 2 semaines je donne une bonne partie de l’argent à ma grossiste et je prends de nouvelles marchandises. Partie de 0f à la base, je réussis à me constituer une petite épargne grâce aux bénéfices de la vente des oreillers, javel et détergents. Désormais, je n’attendais plus le retour de Monsieur pour prendre des initiatives. Maintenant, je me prenais en charge et arrivais même à dépanner d’autres personnes.
En définitive, je puis vous assurer que, pour entreprendre on n’a pas toujours besoin d’argent au départ. Il faut avoir la volonté, la détermination, mettre en place une bonne stratégie et avoir un esprit d’initiative.

j’y suis arrivée, il n’y a aucune raison que toi tu n’y arrives pas

#entrepreneurlife J’ai réussi à convaincre juste avec des mots et je me suis donnée les moyens de vendre correctement. J’ai géré parcimonieusement l’argent pour pouvoir rembourser les dettes et renouveler les stocks.
Si moi j’y suis arrivée, il n’y a aucune raison que toi tu n’y arrives pas.