maman

L’âme d’une maman en peine

Ce soir là, la maman à peine rentrée, que son enfant se met à crier. Attrape sa tête, crie de nouveau. “maman, ma tête me fait mal!!! maman, ma tête me fait mal!!! et les larmes ont commencé à couler. La maman s’empresse d’abord de préparer l’eau pour leur bain vu le mauvais temps, et puis elle s’est dit qu’il exagérait sûrement. Et en le lavant, il s’est encore mit à crier et disait cette fois :“maman, maman, j’ai mal au pied, Je n’arrive pas à m’arrêter, Tout mon corps me fait mal.”Et La maman, cette fois encore, a mis cela sur le compte des caprices, et après s’est dit qu’il était sûrement tombé en jouant avec ses sœurs. Le temps pour elle de s’activer en cuisine, elle sort et l’aperçoit tout tremblant couché dans le divan.

Elle s’approche donc. Son regard a complètement changé. Des larmes coulaient sur ses joues et on sentait sa douleur. Elle a touché sa peau, et là, elle eut un frisson monstre.

Comment un enfant peut-il chauffer ainsi”.

Bien que paniquée, elle a essayé de garder son calme. Malheureusement aucun médoc. “Que vais je faire?”:  se dit elle. Elle appelle donc son papa qui d’une voix expéditive a raconté sa vie et a raccroché. Quelle irresponsabilité!!! D’ailleurs aucune surprise. Quand on connaît l’homme, on sait à quoi s’attendre. La voilà une fois de plus seule, face à ses charges de parents et cette fois encore, aucune réponse à apporter pour soulager ses maux. 

C’est tout le drame de ne pas avoir d’assurance maladie. Tout le drame d’être maman à tout faire et à tout gérer comme une cheffe de famille. D’ailleurs elle est le chef de sa famille. Un chef de famille sans un sou, qui gère la marmite au jour le jour.

L’âme en peine, elle s’approche de son bébé et tout en lui frottant du beurre de karité d’une voix douce qui cachait à peine la peur, le désespoir et la rage, lui dit ceci:

“mon bébé ne tombe pas malade stp. Tu sais, je donnerai tout pour te voir me chanter tes caprices à longueur de journées. Je te laisserai la télécommande toute la journée afin que tu suives tes dessins animés dont je connais presque tous les personnages. Je ne crierai plus sur toi. Au contraire je serai à ton écoute. Je promet de garder mon calme et de ne plus te porter main. Mais là, il faudrait que tu m’aides à ne pas perdre patience. Je t’ouvrirai mes bras désormais à chaque fois que tu veux t’y blottir. Je t’accorderai un peu plus de mon temps. Je ferai tout pour voir tes progressions à l’école. Oui, avec plaisir je t’aiderai à réussir ton a, b, c, d, f… .Mais stp, luttes! Dis à ton corps de se calmer. Lèves-toi et manges quelque chose stp.

C’est un peu là, les pensées d’une maman désespérée, l’âme en peine, qui raconte tout et n’importe quoi,pourvu que son bébé se porte mieux. Mais d’ici là, le beurre de karité et la serviette froide seront nos remèdes pour ce soir là. Pardonnes moi de ne pas pouvoir t’assurer le minimum.

Lire aussi ” Il dit qu’il m’aime…

Elles sont nombreuses à vivre de pareilles situations et surtout à n’avoir aucun soutien. Force à vous ces mamans qui luttez au quotidien pour vos enfants.