le mariage

En Afrique, une femme, la trentaine passé et encore célibataire est très mal vue . En effet, dans nos sociétés africaines une femme qui n’est pas encore Mariée devient une risée et son image très suffisamment écorchée. Car le mariage semble restaurée la dignité de la femme parmi ses pairs. Ainsi, le mariage devient un objectif âprement poursuivi pour mériter les honneurs de la société.

Ce sujet qui sonne avec acuité dans l’Afrique d’aujourd’hui, préoccupe plus d’une sœur.
Ainsi, une est venue me voir, nous avons échangé, nous avons ri, nous nous sommes motivées mutuellement concernant nos différentes activités et puis elle s’est confiée à moi en ces propos : “Tu sais? Le regard des gens tout comme les railleries de l’entourage affectent profondément et peuvent tuer dans le silence !!!
Quand ils me croisent et me demandent pourquoi je ne suis pas encore mariée alors que je suis toute vieille, je les regarde, je souris, je ne dis mot. Mais quand je rentre à la maison, je donne libre cours à mes larmes”.

A lire aussi ” Donnez moi un titre”

J’ai eu envie de la prendre, de la serrer contre moi, et lui dire : “Pleure, n’essuie pas tes larmes! je te comprends tellement et j’imagine ta douleur. Yako!!!” J’ai même eu envie de lui dire ce qu’elle attend de moi, c’est-à-dire m’apitoyer sur son sort. Mais que nenni.

À ce moment précis, elle avait besoin d’entendre autre chose et non quelqu’un qui lui rappelle son calvaire quotidien.
Souvent des personnes viennent à nous pour chercher réconfort mais en réalité, elles ont juste besoin qu’on les secoue, qu’on les mette face à la réalité des choses et non les caresser en les berçant de douces paroles inopérantes.
Je me suis souvenue que chez nous en Afrique, le mariage est un critère de femme vertueuse, de renommée familiale.
Chez nous en Afrique , une femme qui a passé les 30 ans et qui n’est pas encore mariée est un sacrilège comme si le mariage est une fin en soi. Et pourtant…

Le mot couple heureux n’est pas le plus important pour la société. C’est plutôt “Il est marié, a des enfants et mène une vie de couple en allant chaque vendredi ou dimanche dans un lieu de culte”.

C’est ainsi qu’on verra beaucoup de femmes malheureuses dans leurs foyers mais qui restent à cause du “qu’en dira-t-on ?”.

Elles préfèrent souffrir que de se séparer ou même penser à vivre seule, sans homme pour ne pas être une paria.
Et pourtant la vie a beaucoup changé et notre regard devra connaître une nette amélioration en s’adaptant à l’évolution sociale.
Le nombre de femmes qui revendique le statut de célibataires mais heureuses, est sans cesse croissant.

A lire aussi ” Elles inspirent…”.

Alors j’aimerais dire à une sœur, une amie, à une inconnue que le plus important dans la vie, c’est toi. c’est ta vie, tes aspirations, tes projets, tes désirs et surtout ton épanouissement.
Fais ce que ton cœur te recommande et non ce que te recommande les hommes.
Marie-toi quand tu le sens et non parce que tu en as marre de te faire harceler par ton entourage et par le regard de la société.
Vis pour toi. Oui, vis pour toi.
Pense pour toi. Réfléchis pour toi.
Fais pour toi d’abord car la charité commence par soi-même.
Sois avant tout une femme épanouie car de là découlera tout le reste, disons le autrement, la véritable suite.

Femme d’Afrique, se marier ne doit plus être une pression de vie, mais plutôt une situation sociale comme tout autre par laquelle la femme se réalise.

Non au mariage comme finalité du processus de réalisation de la gente féminine.